La grippe porcine, sous produit d’élevage industriel

Un cochon corse : libre et heureux !

Un cochon que SmithField Foods n'aura pas.

Des vacances bien méritées m’ont tenu un moment à l’écart de l’épidémie de grippe porcine dans les médias. Privé de télévision et de journaux, enterré dans un petit village du Gard (pays natal d’un autre rédacteur de ce blog), j’ai été épargné par la tornade qui s’est abattue sur la France.

En rentrant, évidemment, j’ai bien déchanté.

La première chose qui m’a frappé avec cette « pandémie », c’est l’alarmisme des médias, incompréhensible au regard du nombre ridicule (sauf pour elles) de victimes. Moins de 10 personnes touchées en France, aucune victime.

On nous abreuve à longueur de JT des risques encourus en nous rappelant la grippe espagnole, mais on oublie de citer quelques autres maladies qui avaient fait en leur temps la une des journaux, mais tout aussi peu de victimes (humaines) : la grippe aviaire et l’ESB (maladie de la vache folle pour les intimes). Ce qui est frappant, c’est que les médias n’ont pas – ou peu – mentionné la vraie source des ces maladies : les pratiques des élevages industriels.

Quelques articles qui vont dans ce sens :

Pour la grippe (ou peste) porcine, deux articles sur l’excelllent (avec trois l au moins) blog de Fabrice Nicolino, Planête Sans Visa nous en apprennent un peu plus sur les responsables probables :

  • Les (faux) mystères de Veracruz (sur la grippe porcine) où on apprend ce qui s’est passé dans le petit village mexicain de La Gloria, voisin d’un énorme élevage de porcs : Granjas Carroll, filiale du groupe agroalimentaire transnational SmithFields Foods.
  • Grippe porcine (suite sans fin et révélations françaises) où on découvre que SmithField Foods s’est établi en force en Europe, notamment en Pologne et en Roumanie, où une grippe porcine avait déjà ravagé plusieurs élevages (mais aussi en France, par le biais de plusieurs marques bien connues, j’y reviendrai).

Un autre article sur le blog de SuperNo, intitulé good food responsibly (le slogan de SmithField Foods, incroyable !) nous en apprend un peu plus sur cette société, qui en plus de produire de la viande de façon innomable quelque peu discutable, stocke les déjections de ses millions d’animaux dans des lagons. Ces derniers établissent probablement des records mondiaux en termes d’agression olfactive et de concentration de bactéries pathogènes.

On peut très bien voir ces lagons à côté des bâtiments d’élevage sur cette vue des fermes Granjas Carroll sur Google maps. En plus des excréments, on y rejette occasionnellement des cadavres d’animaux. Je n’aimerais pas habiter dans la zone entourée en bleu…

Pour terminer ce post en beauté, une série de photos prises à Granjas Carroll qui montrent ce que SmithField Foods entend précisément par good food responsibly. Heureusement qu’il n’y a pas l’odeur !

Enfin, pour compléter toutes ces informations, les marques détenues par SmithField Foods et vendues en France :

  • Justin Bridou
  • Cochonou
  • Aoste
  • Jean Caby
  • Weight Watchers

3 réflexions au sujet de « La grippe porcine, sous produit d’élevage industriel »

  1. Maison écologique

    « Privé de télévision et de journaux, enterré dans un petit village du Gard » il faut bien ça pour se remettre la tête à l’endroit des fois :)

  2. motoculteur

    Je dois vous dire que vous êtes un bon écrivain et votre contenu est parfait, gardez annonce bons blogs comme celui-ci et je vais toujours revenir à votre site

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>